L’avenir de la langue anglaise

Introduction

Quel est l’avenir de la langue anglaise ? Lorsqu’on enseigne l’anglais, il faut souvent se plonger dans l’histoire de l’Angleterre afin d’expliquer pleinement la nature de la langue anglaise. Par exemple, pourquoi nous avons tant de mots d’origine française ou pourquoi le vocabulaire latin n’est utilisé que dans certains contextes. Dans cet article, nous nous tournerons vers l’avenir et parlerons des développements (ou régressions) possibles de la langue anglaise. Je pense que c’est particulièrement intéressant maintenant, étant donné que l’anglais est en train de devenir la langue du monde, la langue utilisée dans les affaires et la diplomatie… mais cela sera-t-il toujours le cas ? 

Certains non-anglophones se plaignent du fait que même lorsqu’ils partent en vacances, ils sont obligés de parler anglais – vous ne pouvez littéralement pas y échapper. L’utilisation de l’anglais dans le monde d’aujourd’hui est un véritable phénomène. Le nombre de locuteurs non natifs est plus du double de celui des locuteurs natifs. C’est plus que probablement la première fois que cela se produit dans l’histoire. Donc, la prochaine fois que vous pensez que votre accent anglais n’est pas assez bon, rappelez-vous qu’un accent étranger est en fait la norme !

 

La langue des affaires

Bien sûr, il y a beaucoup d’avantages à avoir une langue de référence lorsqu’on a affaire à un autre locuteur étranger et il était presque toujours inévitable, avec la révolution numérique, qu’une langue prédomine et devienne un moyen presque standard de communiquer. Cette domination de l’anglais crée en fait un fossé entre les autochtones et les non-autochtones. D’une manière générale, lorsqu’une langue se répand, elle commence à changer et souvent à se simplifier. Les verbes irréguliers commencent à devenir réguliers. Les constructions grammaticales complexes sont abandonnées.

L’anglais parlé dans le monde des affaires ou chez les non-anglophones est en train de devenir sa propre version. Les locuteurs non natifs n’utiliseront pas de verbes de phrasé, par exemple, et n’utiliseront pas les expressions et les tournures des phrases que font les locuteurs natifs. Cela pourrait éventuellement conduire à un clivage dans d’autres sens. Par exemple, un Américain est plus susceptible de chercher un partenaire commercial européen en Angleterre. De la même manière, les locuteurs non natifs peuvent préférer faire affaire avec d’autres personnes qui ne sont pas des locuteurs natifs. Un Espagnol préférerait facilement parler anglais au téléphone avec un Allemand ou un Français plutôt qu’avec quelqu’un de Grande-Bretagne, surtout quelqu’un d’une région avec un accent inhabituel (et il y en a plein !). De plus, les anglophones ne savent pas parler aux étrangers. Quand vous apprenez une langue, vous vous rendez compte que vous devez parler plus lentement et surveiller vraiment ce que vous dites. Les anglophones n’apprennent généralement pas les langues, ils ne sont donc pas sensibles à cette situation, ce qui aggrave le problème.

 

L’anglais ou le chinois

Ensuite, nous avons l’idée qu’une autre langue peut prendre le pas sur l’anglais comme première langue mondiale. Le mandarin est souvent présenté comme le successeur du trône en raison de l’influence économique croissante de la Chine. Cela pourrait bien se produire, mais les Chinois ne sont pas aussi paresseux que les anglophones lorsqu’il s’agit d’apprendre une langue, ce qui pourrait bien les empêcher d’apprendre. Il y a aussi la montée de l’espagnol (espagnol-anglais) en Amérique. L’espagnol est de plus en plus parlé aux États-Unis et s’il continue de l’être, il pourrait bien influencer la façon dont les Américains parleront dans 100 ans. D’un autre côté, l’espagnol serait une bien meilleure langue universelle que l’anglais, mais c’est un article pour un autre jour. De plus, le français est très présent en Afrique et verra de plus en plus de locuteurs natifs, mais l’Afrique n’a malheureusement pas l’influence économique de certaines autres parties du globe.

 

L’avenir de la langue anglaise

Je crois donc que l’anglais se développera en plusieurs dialectes, comme le font souvent les langues. L’ironie, c’est que l’anglais utilisé dans le monde des affaires et diplomatique deviendra probablement la norme et celui des autochtones deviendra son cousin bizarre que tout le monde évite ! En conclusion, le fait d’être une personne dont la langue maternelle n’est pas l’anglais pourrait être un énorme avantage à l’avenir, à plus d’égards qu’on ne le pense. 

Voici notre article sur l’avenir de la langue anglaise, maintenant vous pouvez lire plus sur la langue anglaise.

Version anglais talk-training

The future of the English language

Introduction

When teaching English, one has to often delve into the history of England in order to fully explain the nature of the English language. For example, why we have so many French origin words or why Latin-based vocabulary is only used in certain contexts. In this article, we will look to the future and talk about the possible developments (or regressions) in the English language. I think this is especially interesting now, given how English is becoming the world language, the language used in business and diplomacy…but will that always be the case? 

Some non-native English speakers complain about how even when they go on holiday, they are obliged to speak English – you can literally not escape it. The use of English in the world today is a real phenomenon. There are more than double the number of non-native speakers than there are native. That is more than likely the first time this has ever happened in history. So, next time you think your English accent isn’t good enough, remember a foreign accent is actually the norm!

Of course, there a lot of benefits to having one go-to language when dealing with another foreign speaker and it was almost always inevitable, with the digital revolution, that one language would prevail and become an almost standard way to communicate. This dominance of English is actually creating a divide between the natives and the non-natives. Generally speaking, when a language spreads, it starts to change and often simplify. Irregular verbs start becoming regular. Complex grammatical constructions are dropped.

 

The business language

The English spoken in the business world or among non-native speakers is becoming its own version. Non-native speakers won’t use phrasal verbs, for example, and won’t use the expressions and turns of phrases native speakers do. This could potentially lead to a divide in other senses. For example, an American is more likely to look for a European business partner in England. In the same way, non-native speakers may prefer to do business with their other non-counter parts. A Spaniard would easily prefer to talk English on the phone with a German or Frenchman as opposed to someone from Great Britain, especially someone from a region with an unusual accent (and there are plenty!). Furthermore, English speakers don’t know how to speak to foreign speakers. When you learn a language, you realise you have to speak slower and really monitor what you say. English speakers don’t generally learn languages, so they are not sensitive to this which exacerbates the problem.

 

English or Chinese

Then we have the notion that another language may overtake English as world number one. Mandarin is often touted as the successor to the throne due to the increasing economic influence of China. This could well happen, however, the Chinese are not a lazy as the Anglophones when it comes to language learning, so this could well impede them. There is also the rise of Spanglish (Spanish-English) in America. Spanish is spoken more and more in the United States and if it continues to do so, it could well influence the way Americans speak in 100 years. On a side note, Spanish would make a much better universal language than English, but that is an article for another day. Furthermore, French has a strong presence in Africa and will see more and more native speakers, however, Africa sadly doesn’t have the economic influence of certain other parts of the globe.

 

What is the future of the English language ?

So, I believe English will develop into several dialects, as languages often do. The ironic part is the English used in business and diplomatic world will probably become the standard and that of the natives will become its weird cousin that everybody avoids!

In conclusion, being a non-native English speaker could be a huge advantage in the future in more ways than one would think.

(L’avenir de la langue anglaise)

Essayez nos services gratuitement